1400 alpages

Sur le territoire actuel du canton de Fribourg, du Moyen Age au XVIIIe siècle, l’économie alpestre s’est développée par le défrichement des forêts afin de créer 1400 alpages, échelonnés entre 700 et 1900 m d’altitude et exploitables entre mai et octobre.

Vallée du Petit-Mont
© MG-21087-002-JPA

Un chalet par alpage

Sur chaque alpage a été construit un chalet comprenant une étable pour le bétail, des locaux pour le stockage du lait et pour la fabrication du fromage et du vacherin, une ou plusieurs chambres pour le personnel.

Au cours des siècles, les chalets ont été transformés, agrandis ou reconstruits. Les pâturages ayant une surface restreinte, beaucoup d’exploitants doivent disposer de plusieurs alpages pour leur troupeau à des degrés d’altitude différents, ce qui a pour conséquence une occupation de courte durée de la plupart des chalets.

Pierra Derrey (Haut-Intyamon)
© 21087-014-JPA

Saloirs, étables et fenils

Le patrimoine architectural alpestre est constitué principalement de chalets mais il comprend aussi des saloirs, des étables et des fenils. Dans cette documentation, par commodité, le terme « chalet » regroupe tous les bâtiments liés à l’économie alpestre. De 1988 à 1992, le Service des monuments historiques du canton de Fribourg (aujourd’hui Service des biens culturels) a fait œuvre de pionnier en procédant au recensement de 1349 bâtiments. La synthèse de cet inventaire a été publiée en 1996 par Jean-Pierre Anderegg dans l’ouvrage Les chalets d’alpage du canton de Fribourg.